Can Buy Lipitor Canada Generic Cialis Eu Cialis Online Ireland Order Premarin Online No Prescription Buy Depakote Online

Le scrabble et le handicap

Le 16 mai 2006, par Gérard Gouttard dans Compte-rendu de tournoi
Une photoAucun commentaire »

Le scrabble et le handicap



Par Bernard (Régis) GERVAIS



Je suis né le 21 octobre 1949, du signe de la Balance, dans la région Lyonnaise. Fils unique, j’ai recherché le contact avec les autres. J’ai débuté le sport d’équipe (basket) à 6 ans. J’ai également pratiqué, le hand-ball, le football, le volley-ball… Après un passage à l’école Vétérinaire de Lyon, je me marie et je rejoins le Crédit Agricole pour devenir responsable d’agence le 1er juin 1971. Je divorce en 1980 où je perds tout. Après avoir été économiquement fort, je suis devenu économiquement faible.

Depuis, l’expérience de la vie m’a permis d’acquérir la sagesse. Je vis simplement, positivement chaque instant qui m’est donné. J’ai eu 3 tumeurs au cerveau qui ont nécessité des interventions chirurgicales (1975 avec mes premiers handicaps, 1987 et un an de pratique du fauteuil roulant, 1995 et la surdité). En février 2003, deux nouvelles tumeurs sont découvertes. L’une bénéficiera d’un traitement « gamma knife », elle est disparue aujourd’hui. La dernière restante a diminué d’1/3 cette année.

En 1996, j’ai retrouvé pleinement Audrey, ma fille qui a désiré s’installer chez moi pour poursuivre ses études. Elle s’est mariée en 2004. Je suis proche d’eux. Ils me procurent les bienfaits du bonheur. Avec eux, j’ai des rapports profonds. Je ne suis pas bon dans le superficiel.

Les rencontres de gens de différents horizons (sport, associations, professionnel…) m’ont toutes apporté un enrichissement. Il faut noter celle avec Patrice Brun qui par ses propos lors de ma 1re compétition de scrabble duplicate (simultané mondial à Péronnas), a certainement influencé ma poursuite du scrabble. Les différentes situations rencontrées jusqu’à ce jour m’ont apporté une connaissance réelle qui ne s’apprend pas dans les livres. Mon moteur étant actionné par l’aide que je peux apporter aux autres, sans aucun jugement négatif de ma part.

Je pense que j’ai trouvé, dans mon cas, le langage de la guérison. Je vais pouvoir m’améliorer au scrabble dans les mois qui viennent et permettre avec le soutien du monde du scrabble de créer du mieux-vivre à des personnes handicapées. Car il ne faut pas oublier que mon moteur est l’aide aux autres.

Mon souhait serait de voir chacun jouer au scrabble avec un réel plaisir et en toute humilité. A ce propos, je raconte une expérience récente : au TH de Peronnas (22 avril 2006), avant la première partie, Rémy Poulat est venu me serrer la main. Bravo et Merci pour ce champion de s’intéresser à un handicapé .

J’ai toujours été un adepte des jeux de société. Je ne suis pas un homme de lettres mais plutôt un « matheux ». La stratégie du scrabble m’a plu. En 1992, j’ai été accueilli au club de Beynost qui m’a initié au scrabble duplicate. En 1994 je prends ma licence à Péronnas jusqu’en 1998. J’ai arrêté ensuite jusqu’en 2004.

J’ai convié Jean-Louis Bathenay, Bernard Bussy et le club d’Ambérieu pour une partie de scrabble duplicate lors de la Journée Nationale de l’Audition que nous organisions sur Ambérieu, en 2003. Devant la sympathie de Jean-Louis, et les autres membres du club, j’ai repris une licence en septembre 2004 ; Je les remercie tous car il m’ont donné la possibilité de jouer au scrabble en aménageant les parties en fonction de mon handicap. Maintenant ils m’aident efficacement pour me faire évoluer.

Création du Groupe Handicap : J’ai fait une demande écrite à l’AG du Comité en mai 2005 (remise par Jean-Louis Bathenay). Jean-Pierre Malfois a lancé le processus en août 2005. L’objectif est de permettre aux personnes ayant un handicap de s’insérer avec équité aux compétitions de scrabble. Le groupe a établi des aménagements nécessaires pour 3 handicaps (malvoyance, malentendance et mobilité réduite). Bernadette Beauchemin a apporté une aide précieuse pour la malvoyance et moi-même, une réflexion pour la malentendance.

L’apport du scrabble : Lorsque j’ai effectué mes séjours médicaux (hôpital, maison de convalescence, maison de rééducation…). Je profitais d’un moment de répit pour faire une partie préétablie par scrabblerama auquel j’étais abonné. Cela m’a permis de m’évader de mes préoccupations de santé et ainsi positiver. Cela provoquait également de moments de convivialité avec les médecins, les infirmière… très important dans ces périodes.

Le scrabble me permet de rester positif pour ma santé globale. Il sert également de baromètre à mon état de santé (suivant mes performances et ma façon de jouer, je détermine où j’en suis).

En définitif, à travers mon expérience de vie. L’objectif que je me suis fixé, en écrivant ces lignes est de sensibiliser les gens sur ce qu’ils peuvent faire :

– les uns, jouer au scrabble avec les autres (personnes ayant des handicaps).

– Les autres, permettre, aider les premiers et joueur au scrabble avec eux (personnes n’ ayant pas ou peu de handicaps).

Une remarque personnelle : Il est souhaitable que chaque organisateur de compétition puisse mettre en application la réflexion qui a été formulée par groupe handicap, pour que les personnes ayant un handicap, participent en toute équité.



Pour tous renseignements :



Cap Solidarité Handicap (C.S.H.)

Association au service de

malentendants, et leur entourage

34, rue Jean Monet

01500 AMBERIEU EN BUGEY

Tél. 04 74 46 89 35

e-mail : bernard.gervais@laposte.net

Laisser un commentaire




Le scrabble et le handicap