Carnet noir : Monsieur Pierre Destredjian qui fut notre président n’est plus.

Le 26 février 2018, par Rémy Poulat dans Non classé
4 photosAucun commentaire »

Quelques témoignagnes :

Yves Eprinchard, président du club de Lyon :

Nous venons d’apprendre le décès de Pierre Destredjian survenu il y a quelques jours.

Pierre a été un grand artisan du Club de Lyon jusqu’au début des années 2000 aux cotés d’Andrée Bohé. Il en a été le président de 1980 à 1982 mais a également présidé les destinées du Comité de 2000 à 2004.

Bon joueur de 3e série, il avait en effet décidé d’interrompre son 2e mandat pour des raisons de santé.

Il a fréquenté le club jusqu’en 2008 et n’avait gardé quasiment aucun contact avec le microcosme du Scrabble, sauf avec Jean-Pierre Malfois qui pourra nous en parler s’il le souhaite.

 

Seuls les anciens licenciés se souviennent de ce grand monsieur du scrabble lyonnais même, s’il faut le reconnaître, il ne faisait pas toujours l’unanimité.

J’ai retrouvé une des dernières photos de lui prise en au club en 2008. Clin d’œil aussi à Greg qui après la disparition de Thérèse, voit celle de son « parrain » de Scrabble (photo du 4 juin 2005)

Amicalement – Yves

 

De Rémy Boeuf, Président du Comité du Lyonnais actuel

Bonjour à tous.

Merci Yves pour l’information de cette triste nouvelle.

Je viens, au nom de notre comité, présenter nos condoléances à sa famille.

Pierre, a assuré la présidence de notre comité, de 2000 à 2004, avec toute la bienveillance d’une forte personnalité.

Il a contribué ainsi que Jean-Pierre puis Marie-France à ce que notre comité fonctionne bien aujourd’hui.

Bonne journée.

Amicalement – Rémy

 

De Jean-Pierre et Marie-France Malfois :

« Mauvaise nouvelle que cette annonce du décès de Pierre Destredjian qui allait sur ses 88 ans. Je me rappelle de son âge, car c’est l’âge de mon frère  et ils m’avaient traité de « gamin » lors d’un repas pris ensemble à la maison !

J’ai fait la connaissance de Pierre au club de scrabble de Bron, bien avant d’être scrabbleur moi-même. J’avais souvent l’occasion de le rencontrer car Marie-France allait dans les tournois du Lyonnais et il arrivait souvent que Pierre repasse avec quelques autres à la maison (certain d’entre eux se reconnaitront sans doute) pour un petit pique-nique du dimanche soir. Nous passions alors un bon moment à discuter, rire et pour les scrabbleurs, refaire les parties qu’ils avaient jouées dans la journée. Je les écoutais stoïquement mais on passait de bonnes soirées à rigoler. Et puis Pierre est devenu Président du Comité et je l’avais souvent au téléphone pour parler Scrabble où je commençais à m’impliquer. Il faut dire que Pierre avait un caractère bien trempé, qu’il était un peu têtu et qu’il m’est même arrivé de lui raccrocher au nez tant il était obstiné dans ses convictions.  Mais ce ne fut qu’un épisode minime dans nos relations qui étaient toujours très amicales.

Puis il a eu des problèmes de santé et a commencé à parler de la charge qui pesait sur lui avec la présidence du comité. J’avoue qu’à l’époque, je venais de prendre ma retraite et je pensais, en moi-même, qu’il  exagérait, ce en quoi j’eus rapidement l’occasion de constater qu’il n’exagérait pas du tout. Et il a fini par m’indiquer que, venant de prendre ma retraite, j’allais sans doute m’ennuyer et que je pourrais m’impliquer un peu plus dans les responsabilité du Comité, surtout que j’étais maintenant inscrit au club de Vourles.

Ayant donné mon accord pour lui succéder au comité, à condition toutefois d’être secondé, il démissionna et aux élections suivantes, je prenais sa place comme président. Avant que sa santé ne se dégrade, il avait été un très bon président, lançant avec le bureau de l’époque le magazine que nous continuons d’éditer aujourd’hui, et le comité marchait bon train ; sa reprise était donc facile.  Je continuais alors souvent à le rencontrer, au scrabble bien sûr, mais aussi, chez nous, ou chez lui pour souvent faire de l’informatique car il avait un nouveau PC qu’il ne comprenait  pas trop au début mais qu’il eut très vite fait de maitriser car il comprenait vite les choses et il bénéficiait aussi des conseils de Greg. Puis le temps a passé, je ne le voyais qu’une ou deux fois par an, mais toujours avec plaisir. Finalement, la dernière fois que je suis allé chez lui, car il ne se déplaçait plus guère, ayant de très gros soucis de santé, c’était, il y a deux ou trois ans. J’étais allé chez lui en  début d’année, et je lui avais reconfiguré, si je me rappelle bien, Skype pour qu’il puisse contacter ses enfants et petits enfants dont il me parlait souvent et me montrait les photos car il était vraiment très attaché à sa famille. Puis vers le mois de mai, il m’appela car il avait été agressé chez lui, on l’avait jeté à terre, on  lui avait arraché les fils de sa télé, et volé son ordinateur. Je suis donc allé chez lui, avec ce qu’il fallait pour tout remettre en place et, surtout, lui installer un vieux PC dont je disposais, pour qu’il puisse regarder la télé et surtout se connecter avec le PC sur Internet pour écouter des musiques arméniennes dont il était très friand. Il faut dire que sa vie n’avait pas été toujours rose et qu’il allait sans doute se replonger dans des souvenirs de sa jeunesse. Mais cependant, cela ne me fait pas oublier la rancune qui pouvait parfois l’animer et qui pouvait être lassante.

C’est à partir de là que je ne l’ai plus vu car nous avons eu, Marie-France et moi, des changements dans notre vie et j’ai complètement perdu le contact avec Pierre. Comme toujours, les liens se distendant avec le temps et nous ne nous sommes plus vus.

C’est avec peine que nous avons appris, ce matin, le décès de Pierre. Nous présentons toutes nos condoléances à ses enfants et à sa famille.

Jean-Pierre et Marie-France

 

De Rémy Poulat,

Je souhaite juste dire que Pierre Destredjian a été un chainon indispensable à la poursuite de la vie du comité du Lyonnais après le mandat de Monsieur Claude Gelineau. En effet, son caractère parfois intransigeant avait donné à Pierre une certaine notoriété mais il était en fait d’une extrême gentillesse et dévouement.

Nous avions entrepris de recevoir à Saint-Chamond le simultané mondial de Blitz, lorsque j’étais président du club et nous avions arbitré ensemble cette journée.

Il fut une de mes références un temps, et je n’oublie pas ses conseils avisés.

« C’est avec tristesse que j’apprends le départ de Pierre. Nous présentons toutes nos condoléances à ses enfants et à sa famille ».

 

Le Gagallinacé

Laisser un commentaire




Carnet noir : Monsieur Pierre Destredjian qui fut notre président n’est plus.   Carnet noir : Monsieur Pierre Destredjian qui fut notre président n’est plus.   Carnet noir : Monsieur Pierre Destredjian qui fut notre président n’est plus.  
Carnet noir : Monsieur Pierre Destredjian qui fut notre président n’est plus.